UN SEUL PAYS, 1000 EVASIONS POSSIBLES

En mai, fais ce qu’il te plait…, OU LE DICTON IMPOSSIBLE

A l’approche du mois de mai, laissons-nous aller à un petit bilan de printemps. Vous commencez à connaitre la musique par cœur. Oui, nous sommes en Chine dans une situation sanitaire exceptionnelle depuis plusieurs mois : de très rares cas, le plus souvent « importés », et une vie quotidienne quasi normale, au prix d’une acceptation de quelques règles locales qui hérisseraient le poil de bien des Français de France…

Non, nous ne sommes pas légers et insouciants pour autant. Car nous sommes toujours bloqués dans l’Empire du Milieu, les conditions de retour étant drastiques, stressantes et réservées à quelques cas exceptionnels. De plus, nous sommes pour la plupart très concernés et inquiets par ce qu’il se passe dans le reste du monde. Et enfin, la séparation depuis presque 18 mois de nos (très) proches hors de Chine est de plus en plus difficile à supporter. Bref, si la résilience était innée, cela se saurait !

Mais les vacances de printemps sont là. Et nous avons le droit de quitter Shanghai cette fois, pour aller s’aérer… en Chine bien sûr ! C’est parti !

FORÊT D’ARCS-EN-CIEL

Nous avons donc opté pour le Gansu et la Mongolie Intérieure, cap vers le nord-ouest, à quelques 2.500 km de Shanghai.

1ére étape : ZHANGYE, sur la Route de la Soie. Sans plus attendre, nous plongeons dans le parc naturel de DANXIA, classé patrimoine mondial par l’UNESCO.  Processus géologiques, dépôts divers, vents et pluies durant environ 24 millions d’années ont sculpté ces reliefs, aux formes souvent très découpées et surtout aux couleurs chatoyantes et superposées, façon mille-feuilles. Ces Rainbow Mountains sont un phénomène unique, et bel et bien fascinant !

À FLANC DE FALAISES

Nous découvrons le lendemain les grottes de MATISI. Creusées dans la falaise, et sur plusieurs étages, ces grottes abritent un monastère bouddhiste depuis plus de 1.500 ans. Comme secrètement dissimulées, dans un cadre montagneux magnifique, ces grottes dévoilent sculptures et vestiges de peintures datant des débuts de la Route de la Soie. Une visite presque confidentielle, une ambiance spirituelle, une nature inspirante, bref, une autre étape incontournable.

COLORADO CHINOIS

Prochain arrêt : PINGSHANHU et son grand canyon ! Car la Chine a elle aussi son canyon, et il rivalise de beauté avec son cousin américain d’après les globe-trotteurs ! Hauts de 1.500 à 2.500m, ces reliefs et ravins aux teintes rouges et ocres ont été formés il y a environ 200 millions d’années. Impressionnant, assez venteux (mission aération remplie !), découpes minérales à perte de vue, on pourrait y passer des heures…

PRINCESSE DU DÉSERT

Notre jour le plus long se poursuit avec quelques bonnes heures de route (vers le nord-est cette fois) pour passer en Mongolie Intérieure et arriver aux portes du désert de BADAIN JARAN. S’étendant sur presque 50.000 km2, ce désert est réputé pour ces dunes les plus hautes du monde (jusqu’à 500m) ! Il est aussi surnommé le désert des lacs mystérieux grâce ses multiples étendues d’eau salée, alimentées par des nappes souterraines. Après une nuit chez l’habitant, et un road trip dans les dunes, ambiance « montagnes russes », un tour en chameau s’impose. Quel bonheur que ce sentiment d’être seul au monde, et de voir l’horizon vierge qui s’étire à l’infini derrière ces dunes… Je suis définitivement fascinée par le désert !

LA GRANDE MURAILLE CÔTÉ OUEST

Encore saoulés de désert, nous reprenons la route pour arriver le soir à JIAYUGUAN, en rebasculant dans la province du Gansu. Cette petite ville doit sa popularité à sa forteresse et à l’extrémité occidentale de la Grande Muraille qu’elle abrite. Ancienne bourgade stratégique de la Route de la Soie, elle a vu s’ériger une gigantesque forteresse (au XIVème siècle, dynastie Ming) qui domine le fameux désert de Gobi. Rénovée dans les années 80 (donc forcément un peu moins authentique), elle marque aujourd’hui la frontière entre un panorama rocailleux et une vaste zone…industrielle… Il est donc conseillé de ne pas se retourner pour ne pas rompre le charme !

Le moderne et l’ancien…

Quant à la Grande Muraille, elle est ici assez abrupte (mais courte) et offre, après 520 marches, une vue encore plus impressionnante sur le désert. A condition de ne toujours pas se retourner !

LES JOYAUX DE MOGAO

Le lendemain, nous nous réveillons à DUNHUANG (dans le bel hôtel -le seul du séjour- au nom évocateur de Silk Road Hotel). Nous apprécions un peu plus de confort et un petit-déjeuner Western style, sur la terrasse avec vue sur les dunes de sable ! Mais c’est aussi ici que nous retrouvons quelques touristes locaux et l’organisation autour qui s’impose…

La vue de la terrasse du Silk Road Hotel

Car les grottes de MOGAO constituent LA pépite culturelle incontournable de la ville de Dunhuang. Ces chapelles ou grottes des mille Bouddhas (735 dont 40 ouvertes au public), datant du IVème au XIVème siècles, redécouvertes en 1900, puis allégrement pillées par des explorateurs de toutes nationalités, furent refermées (et donc protégées) dans les années 60-70.

Elles abritent de multiples petits sanctuaires bouddhistes aux fresques murales incroyablement préservées pour certaines. Et parmi les nombreuses statues, celle de l’immense bouddha Maitraya assis en lotus (35m de haut) et celle du bouddha allongé sont impressionnantes. Un site qui mérite vraiment de passer outre l’environnement touristique imposé et si classique en Chine.

VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU DE DÉSERT…

Nous terminerons notre périple par un dernier tour dans le désert, moins sauvage et authentique que le premier certes, mais nous l’avons pris du côté ludique et apprécié la touche only in China qui n’en finit pas de nous surprendre !

Ascension des dunes du sable chantant en chameaux (à la queue leu-leu), puis à pied chaussés de magnifiques guêtres orange fluo – aussi efficaces que voyantes – empruntant une astucieuse échelle posée au sol pour éviter de s’enfoncer dans le sable. Quand on n’est pas sportif, on a des idées ! Le but étant d’admirer l’oasis du Croissant de Lune 250m plus bas.

Un voyage magnifique, unique, authentique, ressourçant, minéral, des paysages à couper le souffle. Une fois de plus, la Chine nous en a mis plein les yeux…

Un grand merci à Émilie de l’agence Travel-Stone : https://www.travel-stone.com/, Instagram : travel_stone_asia

LE SELFIE-CHAMEAU DE L’ANNÉE

3 commentaires sur « UN SEUL PAYS, 1000 EVASIONS POSSIBLES »

  1. Merci pour ce joli reportage aux photos renversantes de beauté….
    J’attends avec impatience la chronique de votre nouvelle vie dans un  » London Post Brexit » si j’ai bien compris….
    Caresses à la bien mignonne Callie qui ecrit fort bien quand sa maîtresse lui laisse le » mulot » … Les observations fu bout de ses moustaches ne manqueront certainement pas de piquant…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :