#jenesuispasunvirus

« Le péril jaune »

De nombreux récents témoignages de France m’attristent particulièrement. En effet, les Chinois de France, les Français de Chine rentrés au pays quelque temps, et même les Asiatiques en général (car peu de gens en France font la différence entre un Japonais, un Chinois, un Coréen…), sont victimes de discrimination raciale. Car oui, c’est le mot.

A commencer par les médias, regardez plutôt cette 1ère de couverture du Courrier picard, avec ce joyau qu’est la Cité Interdite en arrière-plan, j’ai honte… Et il n’y a pas qu’en France, j’ai entendu à la radio française un reportage sur le sujet au Japon. Ces deux pays ne sont historiquement pas très amis, les Japonais ont traditionnellement assez peur des étrangers, les masques (d’usage très courant au Japon) sont en rupture de stock, le bateau de croisière Diamond Princess est toujours bloqué en quarantaine à Yokohama avec ses nombreux malades, bref en conséquence de tout cela, ce virus cristalline les angoisses sur les Chinois…

Il y a aussi cette maman de Shanghai, restée en France après les vacances du Nouvel An chinois, qui, ayant emmené ces deux jeunes enfants chez le coiffeur, voit la conversation stopper net lorsqu’au bout de questions un peu insistantes (une discussion de salon de coiffure, quoi !), elle avoue habiter à Shanghai d’habitude. Cela vous fera 35 euros, merci et au revoir…

Notre fille, en classe de 1ere, a d’ailleurs eu récemment le sujet suivant de rédaction en chinois :  « Si j’étudie le chinois, je peux tomber malade » / « Si nous allons au restaurant chinois pour diner, nous allons sûrement tomber malades ! » / « Pourquoi ne rentrez-vous pas chez vous au lieu de rester en France et de nous transmettre le Virus ? ». Ces propos ont été entendus récemment en France. Que répondriez-vous à ces gens ? (120 mots minimum).

Et je ne peux que partager cette lettre envoyée par une étudiante chinoise à NEOMA Business School à l’une de mes amies qui y enseigne :

« Hashtag #Je ne suis pas un virus.
Vous avez tous entendu parler de cette phrase.
Je suis Chinoise. En France, loin de chez moi.
Je suis heureuse d’être ici pour exprimer mes sentiments. Je suis contente de partager avec vous les raisons pour lesquelles je pense que ce coronavirus est une catastrophe.
Je suis triste de vous parler d’un autre virus: la méchanceté des gens.
D’une part, comme nous sommes tous loin de notre ville natale, on s’inquiète vraiment de notre famille et nos amis qui sont en Chine.
Ces derniers jours, chaque matin quand je me réveille, la première chose que je fais est de regarder les nouvelles et le bilan officiel sur l’épidémie. Jusqu’à ce matin, le nombre de victimes a bondi à 213 morts et près de 10 000 personnes contaminées dans tout le territoire chinois. Des chiffres horribles. Des rues désertes. Des magasins et entreprises fermés. Une grave pénurie en équipement dans les hôpitaux…
Je suis très inquiète de ce qui s’est passé et se passera, de ceux qui sont privés du droit de sortir pour la fête traditionnelle la plus importante de l’année, de ceux qui restent encore à leurs postes même dans cette situation spéciale et compliquée, par exemple mon cousin qui est médecin, il est de son devoir de rester à son poste. Mais qu’est-ce qu’on peut faire pour eux? Des salutations par téléphone, des bénédictions en silence, et c’est tout.
Pour les citoyens chinois à l’étranger, cette inquiétude croissante plus ce sentiment d’impuissance sont, sans aucun doute, une catastrophe.
D’autre part, à l’extérieur des frontières chinoises, le virus fait trembler le monde. Au niveau de l’état, les rapatriements depuis la Chine débutent, les compagnies aériennes Air France et Lufthansa ont décidé de suspendre tous leurs vols à destination et en provenance de la Chine. Face à cette épidémie qui est en train de devenir mondiale, il n’y a pas que de la bienveillance. Les excès de langage et des actes sont comme un autre virus en exacerbant la situation déjà grave au monde.
Je vous donne quelques exemples:
Une fille chinoise portant un masque pour se protéger et prouver le respect aux autres se fait insulter et virer du RER par d’autres passagers.
Une université anglaise ne permet pas une étudiante chinoise en bon état de santé d’aller en cours. La seule raison est leur origine chinoise.
Les restaurants chinois sont fermés parce que beaucoup de personnes refusent de manger chinois. Bien pire, il y avait des gens qui y entrent seulement pour insulter en demandant s’ils cuisinent la soupe de chauve-souris ou plat de serpents…
Ces préjugés sont causés par le décalage d’information entre les messages véhiculés dans différents pays, ce type d’hostilité est causée par la panique et la mal compréhension, cette « alerte jaune » est causée par l’ignorance, ces « virus » sont plus catastrophiques que le coronavirus, ils font peur et blessent les Chinois d’outre-mer.
Pour conclure mon discours, je voudrais dire que les Chinois sont déjà gravement effondrés par cette épidémie, ce Nouvel An chinois est déjà le pire qu’il n’y ait jamais eu.
Un peu plus de compréhension, de compassion, et de tendresse, c’est tout ce dont ils ont besoin.
Merci de votre écoute.
Ziyi LI
2020.01.31″

Compte-à-rebours

Depuis quelques jours, cela ne vous aura pas échappé, les chiffres du nombre d’infectés du COVID-19 et du nombre de morts ont considérablement augmenté. Changement de méthode de calcul/de norme de détection du virus, cumulé à une volonté de plus de transparence, bref, sans prendre de grands risques, je pense que nous allons bientôt atteindre le chiffre symbolique des 100.000 infectés en Chine. Alors que les dernières statistiques (merci le docteur Zagury à Shanghai !) montrent bien un réel effet de ralentissement depuis plusieurs jours, prudence et vigilance restent de mise, car le retour des populations et la reprise du travail progressive dans les grandes villes sont en cours. La situation est stable sur Shanghai (et Pékin) : 331 cas à Shanghai depuis le début, 1 décès (sur plus de 24 millions d’habitants). Quoiqu’on en pense, il peut être admis que les mesures drastiques (et donc très difficiles à supporter pour la population, pour l’économie etc.) prises par les autorités, ont – pour le moment – plutôt bien épargné le reste du monde… Croisons les doigts.

Source : Dr Guillaume Zagury, spécialiste en Santé Publique & Innovations. 18/02/2020

Reste que la situation de la région du Hubei (mise sous cloche) est dramatique, les personnels hospitaliers et administratifs sont héroïques ! Je vous laisse lire cet article sur le docteur Klein, en direct de Wuhan…

https://lepetitjournal.com/hong-kong/coronavirus-philippe-klein-pourquoi-jai-choisi-de-rester-wuhan-274132

Concernant notre vie quotidienne à Shanghai, on ne va pas se mentir, les contrôles se resserrent, vraisemblablement pour s’assurer d’éviter une reprise du nombre de cas avec le retour au travail.

Environ 99% des magasins hors alimentaires sont toujours fermés, 100% pour les sites touristiques, de divertissement, les musées et galeries d’art (bouhou !), et pour tous les fameux lilongs (ou lanes). Très peu de restaurants ouverts, certains essaient de livrer ou de proposer de la vente à emporter (bravo les restaurants français !), fermeture totale sur certains districts.

Dans les résidences, compounds et lanes semi-privatives, contrôle de la température, visiteurs extérieurs totalement ou partiellement interdits, livreurs bloqués à l’entrée, parfois les ayis (femmes de ménage/nounous) ne peuvent plus venir du tout chez leurs employeurs. Je vous laisse imaginer les conséquences économiques sur la durée…

Tout ceci nous ramène au fameux sujet de la quarantaine… Les règlementations changent tous les jours ou presque, diffèrent selon les districts, les quartiers, les bureaux etc. Scoop du jour, le LFS vient de nous envoyer l’information suivante : « Suivant les instructions de la commission d’éducation de la ville de Shanghai, nous vous informons que dès que nos écoles seront autorisées à rouvrir leurs portes, nous ne pourrons donner accès aux campus qu’aux personnes qui auront respecté une période d’observation de 14 jours à Shanghai, et ce, quelle que soit la provenance de cette personne avant son retour à Shanghai.” Voilà, au moins c’est clair, et pour être honnête, c’était à prévoir… Reste qu’on attend toujours la confirmation de date de reprise des écoles et universités, « au plus tôt la semaine du 2 mars ».

En attendant, je tiens une fois de plus à remercier les professeurs et tout le personnel du LFS qui se mobilisent depuis le début pour assurer cet e-learning, maintenir un rythme d’apprentissage pour les élèves, et même s’inquiéter de la partie détente et sportive via des vidéos, jeux et autres ! Tout n’est pas parfait bien sûr, c’est difficile et long pour les élèves, et encore une fois, les parents des plus jeunes doivent énormément s’investir, j’en suis bien consciente. Mais à tous les mécontents, qu’auriez-vous dit au lycée si rien n’avait été mis en place depuis le 3 février ?… Parents et enseignants veulent tous le bien de nos enfants et que cette année scolaire « pas comme les autres » ne soit surtout pas une année blanche, donc à tous bravo et merci ! (Et si vous partagez mon point de vue, faites-le savoir auprès de la direction du lycée, ils ont besoin de soutien).

Travail en groupe à Shanghai (crédit : GB)

Le Bund pour moi toute seule !

Mais il m’en faut bien plus pour me laisser abattre !

En effet, à part deux jours de pluie la semaine dernière (et même quelques flocons de neige ce W-E), la météo sur Shanghai est au grand bleu, fraîche mais avec un soleil rayonnant. Et la pollution à son plus bas niveau ! De quoi faire de magnifiques balades vivifiantes qui mettent le moral au beau ! Quelle chance de pouvoir marcher dans les rues dans nos quartiers favoris sans la foule habituelle, qui avouons-le, peut être oppressante certains jours…

Voici quelques photos que j’ai pu prendre de jour, de nuit…mythiques…

Le Bund, un soir à 20h (février 2020)
La skyline de Pudong dans les nuages (février 2020)
Nanjing Road, le pont Waibadu, le Bund, la skyline (février 2020)
Les alentours du Yu Garden (encore décoré pour le Nouvel An chinois), avec son fameux pont en zig-zag, habituellement plein de touristes ! (février 2020)
Autres vues du fleuve du Huangpu avec UN bateau, et le métro vide (février 2020)

3 commentaires sur « #jenesuispasunvirus »

  1. Merci de nous faire vivre ton quotidien et celui de tout ceux restés à Shanghai.
    Cela met en perspective la réalité terrain, et me rappelle un peu mon expérience pendant Fukushima.
    Je pense à vous, et vais de ce pas écrire à mes amis chinois. Bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ces nouvelles, qui nous permettent de mieux comprendre votre quotidien. Il est vrai que vu de France, certaines personnes ont vraiment des réactions étonnantes : j’ai mangé des sushis la semaine dernière et au travail on m’a dit très sérieusement « attention au Corona virus » …ça recoupe ce que tu disais un joyeux mélange de tous les asiatiques et une peur qui rend stupide !

    Aimé par 1 personne

Répondre à ines Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :